Match d’improvisation : ce qu’il se passe pendant un Caucus

Toi qui es déjà venu(e) voir un match d’improvisation pour soutenir la TIFF, tu t’es certainement demandé(e) ce que nous nous disions lors des 20 secondes de « caucus » autorisées avant chaque scène.

Tu as essayé de tendre l’oreille, tu t’es aussi demandé(e) comment nous faisions et utilisions ce court laps de temps pour nous préparer. Pour le temps d’un article, nous t’invitons avec nous, au cœur d’un caucus, et te dévoilons les clés de cette préparation.

Le caucus dans un match d’improvisation : définition

Le caucus est le moment où des joueurs (et parfois un coach) se rassemblent, se concertent avant le début d’une impro.

Pour que l’impro reste de l’impro, cette concertation est souvent très brève, traditionnellement 20 secondes. Et 20 secondes, ça passe très vite, alors il ne faut pas chaumer.

Ainsi, sous l’impulsion du coach, du capitaine d’équipe, ou même parfois d’un élan collectif quand les joueurs se connaissent bien, il test décidé les éléments clés d’un bon départ pour un improvisation.

A savoir aussi que l’arbitre peut décider de ne pas autoriser de caucus pour une impro.

Les repères donnés lors d’un caucus

Le thème est tombé (souvent tiré au sort par l’arbitre), la catégorie est connue. Il faut donc préparer au mieux un ou plusieurs joueurs à entrer sur scène avec quelque chose à faire, et surtout quelque chose qui alimentera l’improvisation sur toute la durée de la scène. En 20 secondes.

Les éléments clés pour qu’une improvisation se déroule bien sont nombreux, mais en quelques secondes, il est nécessaire d’être rapide et synthétique. Tu comprends qu’il serait très dangereux d’être trop précis : une improvisation est une route parsemée de carrefours, et les changements de direction sont très fréquents. Prévoir la fin d’une histoire dès le caucus serait impossible : il faut donc choisir des repères clés pour démarrer, qui serviront de starter.

Définir le jouteur

Une des premières choses à définir sera le ou les comédiens qui rentreront sur scène. C’est le point de départ. Ils seront choisis (ou se désigneront volontaires, bien souvent) en fonction d’une affinité particulière sur une catégorie.

3 secondes se sont déjà déroulées.

Définir un personnage

Une fois le choix des joueurs acté, chacun d’eux devront choisir leur personnage. Choisir un personnage, c’est choisir un background. Entre nous, nous demandons la chose la suivante : « OK, qui es-tu ? ». « Je suis Hervé, j’ai 55 ans, je suis un pêcheur, et j’en suis passionné. » En fait, pour ceux qui sont à l’aise avec le marketing, on invente un peu un Persona.

Il ne reste que 12 secondes avant le début de l’impro. Tic-tac-tic-tac.

Profiter du caucus pour définir une émotion

Une fois le personnage choisi, nous alimentons son environnement en déterminant son émotion : triste car… joyeux car… effrayé par… Nous pouvons là facilement relier la thématique tirée au sort par l’arbitre.

8 secondes restantes. Ca urge !

Le but du personne et l’enjeu que cela apporte

L’enjeu permettra de créer de la sincérité sur scène : il est important de définir pourquoi ce qui se passera sur scène sera crucial pour les personnages. Pourquoi, toi, spectateur, souhaite voir la suite de la scène.

Ainsi, les personnages devront avoir un but, à déterminer rapidement. « gagner un concours de pêche pour prouver à sa famille qu’il n’est pas un bon à rien » pourrait être le but de notre ami Hervé.

Lors du caucus, définir une situation ou une action

Pour donner de l’aide au comédien que nous rencontrerons (et qui a élaboré son propre caucus avec son équipe, donc qui ne connait pas du tout mon personnage, rappelons-le !), il est nécessaire de donner de l’information visuellement. Pour ne pas avoir à lui balancer tout notre caucus à la figure et écraser le sien.

Mimer une action, silencieusement, être sincère dans le regard, dans les gestes, sera d’une aide importante pour le public et pour les autres joueurs à comprendre ce qu’il se passe sur scène.

Il reste 3 secondes avant que la scène ne commence.

Définir un lieu (mais pas toujours)

Définir un lieu est parfois très intéressant. Le public peut facilement se projeter. Le lieu est souvent chargé de stéréotypes et l’indiquer est d’une grande aide pour les spectateurs. En revanche, forcer un lieu lors d’un caucus peut piéger les joueurs d’une autre équipe : imagine qu’ils aient eux aussi défini un lieu différent du tien ? ou comme ça arrive plus souvent : une action tout à fait improbable dans le lieu que tu auras défini.

Exemple : tu indiques être dans un supermarché et le comédien de l’équipe adverse démarrait en ramant depuis une barque. Incohérence. Il serait bien sûr possible de s’en sortir, mais c’est aussi se compliquer la chose (même si c’est déjà très drôle).

Le choix d’un lieu sera ainsi préconisé lors des improvisations « comparées », plutôt que sur les improvisations mixtes.

Coup de sifflet, en scène !

Alors, qui es-tu ? Quel est ton personnage ? Quelle est son émotion, son but ? Que fait-il pour y arriver ? C’est ça, le caucus !

 

Du caucus à l’impro, dès la rentrée à Lyon !

Si tu veux savoir ce que nous faisons de nos caucus, maintenant que tu en connais la démarche, viens nous voir dès la rentrée sur scène, à Lyon !

En attendant, tu peux déjà nous suivre sur Facebook ainsi que sur Twitter pour être mis au courant des prochaines dates, ateliers ouverts et articles !

A bientôt !

3 thoughts on “Match d’improvisation : ce qu’il se passe pendant un Caucus”

  1. Ping : L’improvisation, ça se travaille ! Zoom sur un des piliers de l’improvisation : l’écoute – TIFF : troupe d'improvisation théâtrale à lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *